Blog

Langue

De l’approche communicative au rap dans la classe.

De l'approche communicative au rap dans la classe

Voici une démarche menée en co-élaboration entre deux enseignants dans une classe bilingue basque de CE2 au cours des mois de mars, avril et mai 2016. Elle avait pour objet l’apprentissage de la langue Basque. Nous avons voulu proposer une situation d’apprentissage motivante, dans laquelle les élèves s’impliquent et s’approprient personnellement les structures langagières proposées. Elle s’est inspirée de la méthode d’apprentissage Ahoz Aho  utilisée dans les Gaueskola (cours du soirs pour adultes) d’AEK. Comme beaucoup de méthodes d’apprentissage d’une langue étrangère, elle est construite sur une approche communicative, qui consiste à mettre les élèves dans des situations de communication qui mettent en jeu une fonction langagière et pour laquelle les apprenants doivent faire appel des structures langagières et à du lexique.

Approche communicative ou méthode naturelle

L’approche communicative est aussi appelée méthode naturelle car elle met les élèves dans des situations où ils ont réellement envie ou besoin de communiquer. Nous en avons compris que dans le dispositif pédagogique à construire, le plus important résidait dans le choix de l’activité proposée. Il fallait proposer une situation où l’élève aurait envie de s’exprimer, de dire, d’écrire, pour qu’il s’approprie le langage par la pratique plutôt que par une leçon à étudier. Un petit peu comme si nous proposions un atelier menuiserie avec un projet de construction libre, des clous des scies et de marteaux et que nous organisions la classe et les séance de manière à ce que chaque élève ait l’occasion de couper ou de clouer en grande quantité afin qu’il s’approprie les gestes techniques progressivement.

Le plus souvent, lorsqu’on apprend une langue étrangère, la première fonction abordée est “se présenter, parler de soi”. C’est aussi celle que nous avons choisie pour nos séances. Parler de soi est un plaisir pour les élèves (et pour les adultes aussi) à partir du moment où ils peuvent exprimer ce qu’ils aiment, dire ce qu’ils pratiquent, ou ce qu’ils sont et qu’on s’y intéresse. “Se présenter” fait appel au langage de la description, très présent à l’école (la plupart des leçons à apprendre et des résumés construits en font partie). Il nous a aussi semblé qu’apprendre aux élèves à se présenter permettait d’acquérir les premiers éléments du langage dans ce domaine.

La langue comme matériau modulable

approche communicative - regroupement d'adaptationNos élèves de CE2 sont pour la plupart scolarisés en Basque depuis la petite section et on pourrait s’attendre à ce qu’ils soient capable de construire avec aisance des phrases simples pour pouvoir se présenter. Or la réalité montre que malgré les années de pratique, les reprises et les répétition des enseignants, pour les élèves qui ne pratiquent pas le Basque en famille, la construction des phrases les plus simples reste difficile. Concrètement, le principe des séances consiste à mettre un grand nombre d’outils linguistiques à disposition des élèves, de manière très accessible (lexique et canevas syntaxiques modulables) au tableau, sur des affiches et sur le paperboard. Nous avons aussi fait écrire les élèves sur un microblog, ce qui avait pour objectif de faire écrire en grande quantité des production écrites courtes (“produisez, produisez, il en restera toujours quelquechose…”).

Des canevas syntaxiques modulables

Bonjour à la confrérie du Plazan, suite à la trouvaille de Jérôme j’ai essayé le plugin sur alpha, puis je l’ai installé sur Linguae. Si je comprends bien, il permet que les membres d’un groupes soient notifiés par mail chaque fois qu’une note est publiée dans le groupe. Mais il faut paramétrer le groupe auparavant.

Un canevas syntaxiques modulable est un modèle de structure langagière qui permet de s’exprimer dans une langue. Cette structure est prête à être utilisée par l’élève pour construire une phrase, elle doit être complétée librement avec du lexique, mais comme son nom l’indique, il doit être modulé en fonction des mots qui le complète. Dans notre exemple, certains canevas varient selon qu’il soient complétés par un groupe nominal au singulier ou au pluriel, ou que le complément se termine par une consonne ou une voyelle pour d’autres.

Du lexique à profusion

De même, afin de faciliter la production en grande quantité, du lexique est fourni en grande quantité, ce qui permet à l’élève d’être pas être gêné dans son processus de création parce qu’il manquerait de vocabulaire ou qu’il ne connaitrait pas l’orthographe d’un mot. Ce procédé permet également de ne pas polluer la mémoire orthographique de l’élève par les erreurs que celui-ci aurait produite en essayant d’écrire sans savoir. Les affiches, fixées au paperboard, au dos d’un tableau rotatif, où à l’arrière d’un livret, peuvent être montrées ou cachées facilement et ainsi solliciter la mémorisation de l’orthographe des mots.

Le microblog pour produire en quantité.

Le microblog Twitter limite chaque publication à 140 caractères et incite à produire des écrits courts. C’est un avantage conséquent dans le processus de création des élèves qui n’étaient pas bloqués par une exigence quantitative trop importante. Voici quelques phrases postées sur twitter :

 

Dressage du portrait et mise en rap.

A la fin des séances nous avons rassemblé toutes les canevas modulables ainsi que le lexique dans un livret afin que chacun constitue son portrait complet.

Puis grâce aux compétences de Sébastien et de l’application GarageBand chaque élève a mis son portrait en mode rap.

 

Laisser un commentaire